Forum rpg médiéval-fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Arkia Tel'Arflet'z [Missionnaire - Mage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkia Tel'Arflet'z

avatar

Nombre de messages : 110
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Arkia Tel'Arflet'z [Missionnaire - Mage]   Jeu 16 Aoû - 11:11

Nom : Arkia Tel'Arflet'z, l'architecte du temps

Sexe : féminin

Race : humain

Élément : Lumière

Âge : 25 ans

Localisation : La Cité Marchande d'Abendale

Statut/Métier : Missionaire/mage

Description Physique : Arkia donne l'impression de n'avoir que vingt ans, et pourtant elle en a déjà vingt cinq. Ses cheveux ont la couleurs bleuté des ciel de miniut et ses yeux sont sombre comme les ténèbres de l'avant monde. Elle porte une armure recouverte de peinture écarlate et ornée d'émeraude, d'argent et d'or recouvrant que certaine partie de son corps : ses épaules, sa poitrine, une partie de ses aîles, ses poings, son entre-jambes et ses avant jambes. Elle porte souvent une longue cape blanche afin d'envelloper tout son corps. Ses ailes Fantomatique sont blanche dans leurs partie inférieur, puis rayé de noir et fini par un point rouge, cependant elle ne sont pas réél, juste un élément qu'elle ne s'explique pas et translucide. La peau de son corps est légérement bronzé et sa voie est pour le plus souvent froide et non chalante.


Description Psychologique : Arkia est une fanatique, elle voue un culte à Albia (voir histoire). Discrete sur les routes et grande bouche lorsqu'elle doit porter la parole de la tres sainte Albia. Marchant en général seul, cela ne l'empeche pas d'aimer la compagnie, bien que elle est du mal à être une personne sociable. Pour le plus souvent souriante, elle ne porte aucune attention exageré au simple être vivant. Elle reste impassible en toute circonstance et en semble jamais subir d'imprévu, quoi de plus normal pour un architecte du temps?

Armes :Arkia est armé d'une dague en argent, d'une épée de même facture et d'une lance en or.

Inventaire : A par ses armes et son armure, Arkia porte un sac dans lequel l'on trouve des vivres, de l'eau une paillasse, des torches, une montre dont elle n'explique pas l'existance et le fonctionnement.

Histoire :

Premiere page du premier journal d'Arkia à l'age de 4 ans
Aujourd'hui maman m'a acheté un cahier, je commence juste à apprendre à écrire et elle est à coté de moi pour m'aider. J'ai quatre ans, et je vie dans un beau petit village, le plus beau du pays je crois. Aujourd'hui maman m'a dit un mot difficile responsabilité, je le comprends pas trop, mais je crois que sa veux dire qu'il y a des choses que l'on doit s'occuper...

Quelques années plus tard...
Aujourd'hui est un grand jour, je me suis fait une amie, c'est une fille génial avec qui je me suis beaucoup amusé dans le village. Maman avait l'air contente que je lui présente une fille de mon âge. Elle me dit que si jusqu'ici je n'avais jamais réussi à avoir d'amie c'est parce que j'etais une personne spécial, mais dans le bon sans du terme, voila encore une expression dont je comprens assez moyennement le sens. C'est normal je n'ai que sept ans...

Le lendemain...
Aujourd'hui y m'est arrivé quelque chose de très bizarre, je me suis levé dans une maison que je ne connaissais pas, et j'y ai rencontré des gens que je ne connaissais pas, une disait être ma mère, l'autre disait être mon pére. Le matin j'ai visité un jolie village qui lui aussi m'étais inconnu, ou du moins, il me semblait ne pas l'avoir vue depuis des centaines d'années. Dans le village je rencontra une enfant de mon age disant elle, être mon amie. Je ne l'avais pourtant jamais vue, enfin il me semble. Je me suis soudain senti envahit par une vieux doute, cette personne ainsi que mes parents, me firent penser à des personnes que j'aurai connu il y a des centaines d'années. C'est en relisant se journal que j'ai trouvé en rentrant chez moi le soir, que j'ai redecouvert ma vie depuis mes quatres ans. Si jamais se genre de chose devait encore m'arriver, j'aurai toujours se cahier pour me rappeller de la veille...

Le jours de ses dix huits ans...
Aujourd'hui j'ai eu dix huit ans, j'aurai souhaitait que se jour magnifique ne s'arrete jamais, et c'est se qu'il se passa, du moins, l'espace de quelques heures. Aujourd'hui il m'est arrivé quelque chose de bizarre, il ma semblait que le temps c'etait figé. Les oiseaux ne chantait plus, ma mère etait immobile, retournant la terre dans le jardin, mon père travaillait se jour là. Je passa la tête par la fenêtre, je vis alors quelque merles immobiles, stoppé dans leur progression. En voillant cela, je tomba à la renverse, fermant mes yeux par reflexe. Cependant en les r'ouvrants, j'entendis à nouveau la douce symphonie du bruissement des feuilles associé aux cris des oiseaux, le tout régis par le temps passant. Tout etait soudainement normal...

Note ajouté après la rencontre avec Albia :

C'etait la premiere fois que mes pouvoirs se manifestait, seulement je n'arrive point à les contrôler...

Journal Intime de ses vingt ans...
Aujourd’hui il m’est arrivé une chose bien étrange. Quelque chose dont je dois me rappeler à tout prés malgré mes crises. Se qui m’est arrivé n’est peut être qu’un mauvais tour jouer à mon esprit, je possède tout de même se petit objet en bois qui me semble si bizarre et que j’ai reçu tout à l’heure…
Se matin lorsque je me suis levée, le jour était déjà levée, le soleil se trouvait déjà haut dans le ciel et l’odeur du pain tout juste sorti du four associé à celle du miel me tirèrent rapidement du lit. Avant de me levée, je pensais vivre une journée comme les autres, comme tout les matins ou je me levais un peu tard, je ferma les yeux, accueillant les rayons du soleil sur mon visage réchauffant doucement et agréablement ma peau. Comme tout les matins je tendis un peu l’oreille en quête du chant jouissif des oiseaux, j’entendis les habituelles « cui-cui » avec joie, témoignant du non changement de se monde pendant la nuit. Je les écouta encore quelque instant laissant toujours la douce lumière du soleil flatté mon visage. Je me leva finalement, je pausa le pied sur le parquet en bois de ma chambre, celui-ci eu son habituel grincement avant que je me lève. Rapidement je m’habilla sans un mot regardant au passage notre petit village. Au loin j’aperçu la silhouette barbu et musclé du bûcheron de la commune, frappant avec force sur le tronc d’une immense chêne. J’entendis le bruit du métal battu par le forgeron, un très bon ami à mon père. J’enfila rapidement un haut de cuir marron assorti à mon pantalon, puis je descendit l’escalier menant à la cuisine. J’arriva dans la pièce au mille repas et je fus agréablement surpris par tout ce que ma mère m’avait préparé pour me gâter, je marcha jusqu’à elle :

-Bonjours maman ! en quel honneur se…banquet ?

Je l’étreignit et l’embrassa affectueusement sur la joue puis elle me répondit de sa voie douce habituelle :

-Bonjours ma chérie, aujourd’hui tu vas accompagner ton père, il veut te transmettre sa passion de l’archéologie…

L’archéologie, oui mon père est archéologue, il cherche des artefacts rare dans les ruines puis après les avoirs étudier les revend au plus riche de se monde. J’avais toujours rêvé l’accompagné et aujourd’hui il m’accordait se privilège. J’attrapa une tranche de pain que je tartina copieusement de miel. Rapidement je la mangea. Mon père immergea alors d’une pièce voisine, déjà équipé de sa tenu de travail portant un sac m’étant visiblement destiné :

-Bonjours Arkia, enfile se sac et on y vas, une longue journée nous attends ma fille !

Il m’accorda un large sourire et je fini d’enfourner une nouvelle tartine dans ma bouche. Je me leva soudainement après un grand verre de jus d’orange et j’attrapa la sac avant de dire :

-Allons y papa ! j’ai super envi de connaître ton métier !

Il rigola alors semblant fier de moi, il passa son bras dans mon dos et tout deux nous quittâmes la maison. Notre route fut assez longue je dois dire, nous avons dans un premier temps traversé le village avant de prendre un petit sentier à travers les immenses champs environnant. Je m’amusais à marcher devant, laissant mes cheveux planer au plus grand plaisir de la douce brise local. Pour agrémenter le tout, il faisait beau, le soleil était bien au rendez-vous et il était chaud. Puis un forêt commença à se dessiner un peu plus loin, derrière là colline de l’oncle Raven, un vieille ermite vivant seul avec quelque bête laitières, se nourrissant de sa chasse, de sa pêche et de son minuscule jardin. Je suis allé de nombreuses fois lui demander de me conter des histoires de dragons, de fantômes, et autres chimères que je rêve de rencontrer.
Nous arrivâmes enfin à la lisière de la forêt, s’offrirent à nous d’immense chênes, de vieux platanes et de tortueux oliviers. Je pausa ma main sur l’écorce de l’un d’entre eux, celui-ci devait être millénaire à en juger par la taille de son tronc, le temps avait un drôle d’impact sur tout se qui vivait. Se bois chargé d’histoire mais mué ne pouvant délivrer tout ses récits. On pouvait quand même y deviner certaine chose, comme les entailles dut à un duel depuis longtemps oublié, ou les gravures de cœur et d’initiales faite avec rapidité par un couple sans doute éphémère.
Nous marchâmes encore longtemps sur de petits chemins se perdant chaque minute un peu plus au cœur de la forêt. Nous finîmes enfin par arriver à une petite clairière, ici le soleil perçait sans difficulté et éclairait quelque battisses en ruines, papa prit alors la parole fièrement :

-Voilà c’est ici que je travail, il y a deux accès, je vais prendre celui de gauche et je te laisse t’amuser sur l’accès de droite, je l’ai déjà visité, mais peut être ai-je oublié quelque chose…

C’est à peu près à se moment que je crois que ma vie à changé. Alors qu’il se dirigea doucement vers son entré, je fis de même pour la mienne.
Je poussa une lourde porte de marbre entrebâillé pour accéder à une vaste pièce sombre, je senti alors comme une présence à l’intérieur de cette pièce, l’impression d’être observait. Machinalement j’attrapa une torche mais avant que je n’eu le temps de l’embraser que la pièce s’illumina. Ma surprise fut telle que je lâcha mon bout de bois. Puis des voies fantomatique s’élevèrent, discutant entre elle, mais sans faire attention à moi :

-Pourquoi as-tu r’allumé le temple ?

-c’est elle qui me la demandé…

-elle ? serais-ce l’Albia de se monde…

-oui cela semble possible, le temps serais venu…

-Albia en a voulu ainsi…

Je m’exclama alors, la peur au ventre :

-Qui ?! Qui êtes-vous !?

L'une des voies sifflante me répondit:

-Nous sommes les gardiens du temps…à la fois éternel et éphémère, à la fois le passé et le futur…Jeune fille approche de l’autel et accomplit ta destiné…

Les voie furent comme envoûtantes, je pausa mon regard sur l’autel, une pierre blanche finement sculpté et gravé. Cependant je ne put déchiffrer l’écriture utilisé. Je m’avança d’un pas hésitant puis doucement je déposa ma main où l’on m’avait demandé de la mettre.
Se qui se passa ensuite reste assez flou pour moi. L’autel s’illumina puis il silhouette translucide s’en extirpa. Une personne féminine et ailé me ressemblant comme deux goûte d’eaux…
Elle pausa sur moi un regard bienveillant. Bien que c’était moi, elle dégageait quelque chose de différent. Elle étais vêtu d’une armure rouge couverte d’émeraude, d’argent et d’or. Ses ailes me faisait penser à celle d’un faucon mais étaient nettement plus grande. On aurait put la qualifier d’ange. Elle prit alors la parole d'une voie douce et assuré:

-Bonjours Arkia, n’est pas peur…

Je lui répondit d'un ton ésitant et craintif :

-Vous…vous connaissez mon nom ?

-Bien sur comme tu connais le mien…

Soudain, celui-ci me vint à l’esprit, j'eu l'impression de le connaître depuis ma naissance, cependant je ne l'avais jamais entendu avant, sans la moindre once hésitation je lui répondis :

-Albia ?

-Oui c’est bien moi…Albia, l’Architecte du temps…

-L’architecte du temps ?

-Oui…se que je vais te narrer, va te sembler particulier, mais contente toi de m’écouter…

-Ou…oui oui, je vous écoute…

Que faire d’autre à se moment là ? je n’étais plus maître de mes mouvements, je n’étais plus maître de rien, j’étais juste dépendante du secret qu’arrivait à entretenir Albia…

-Très bien…alors écoute moi, je suis issu d’une autre dimension
temporelle, là-bas je suis le maître, et tu es destiné à l’être ici…enfin seulement si tu le mérite…


-Mais, mais devenir comme vous ? je ne suis qu’une humaine…

-Avec le temps tu y arriveras…garde à l'esprit que tu le maîtrisera

-Avec le temps ? même en cent ans je ne pourrais devenir le maître d’un plan...

-Sache que l’on partage une même entité au sein de plusieurs dimensions temporelles, pour nous le temps n’est rien, tu apprendras à le contrôler et alors plus rien ne t’affectera…qu’es-ce que le temps après tout ? se n’est qu’une notion…Cependant une notion maîtresse, seul le temps peut venir à bout des êtres les plus puissants, seul le temps peut venir à bout des sentiments les plus forts, mais il ne viendra pas à bout de nous, dans le coffre à ta droite sous la poussière tu trouvera notre armure et nos armes, moi je t’offre nos ailes, mais pour les avoirs tu devras les mériter…maintenant ferme ta main…

Sans un mot je lui obéit, soudain hypnotisé par la perspective de puissance, je ferma ma main. Soudain je senti une incroyable sensation de chaleur, puis le contact avec un objet de petite taille se matérialisant doucement se fit sentir. Je la r’ouvrit alors.
Mon regard se pausa sur un petit objet en bois noir, de l'ébène à coup sur, il avait une forme en disque. A l’intérieur on trouvait un cadrant blanc et jaunâtre à certain endroit, de l'ivoire probablement. Il y avait douze chiffres gravé avec del'or ainsi que à vue d'oeil une soixantaine de petite entaille, trois brindille d’argent s'entre croisé au centre du petit objet, une tournait à rythme régulier et rapidement vers la droite. Puis une autre bougea, très lentement certes mais dans le même sens.

-Qu’es-ce que c’est ?

-Une montre, un objet permettant de mesurer le temps, elle ne s'arretera que lorsque tu mourra...maintenant prend notre armure et nos armes et porte notre parole à travers le monde, mérite nos ailes et découvre notre immortalité…

Albia disparu une fois son discourt terminé dans un faible halo de lumière rouge, et le temple perdit toute sa lumière en même temps ainsi que c'est gardiens...je en m’explique pas vraiment se qui c’est passé, mais une chose est sur, je ne l’ai pas imaginé, je porte notre armure au moment ou j’écris ses mots, je m’apprête à prendre mes armes et de quoi me nourrir, bientôt je partirai chercher se qu’elle m’a demandé…

--------------------------------------------------------------------------------------

Albia :



Dernière édition par le Dim 19 Aoû - 6:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkia Tel'Arflet'z

avatar

Nombre de messages : 110
Age : 26
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Arkia Tel'Arflet'z [Missionnaire - Mage]   Ven 17 Aoû - 9:35

Voila j'ai fini ma fiche^^
J'espere qu'elle conviendra Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zhae

avatar

Nombre de messages : 222
Age : 31
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Re: Arkia Tel'Arflet'z [Missionnaire - Mage]   Dim 19 Aoû - 13:58

Ok, c'est particulier. Envoies-moi un mp pour m'expliquer les intentions de ton personnage, ce qu'elle compte faire et surtout, les pouvoirs que tu comptes donner à ton personnage.

Édit: Comme entendu par mp, le personnage est validé!

Bon jeu et n'oublies pas ta fiche perso dans ton profil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrim2.frbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arkia Tel'Arflet'z [Missionnaire - Mage]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arkia Tel'Arflet'z [Missionnaire - Mage]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Troll mage.. Heu non! LE troll mage!
» macro pom pyro mage
» [Refusé] [Mage Arcane] Tweenty
» mage gnome spé feu
» [Mage] Dwana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres Immuables II :: Personnages :: Personnages Validés-
Sauter vers: