Forum rpg médiéval-fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asul

avatar

Masculin Nombre de messages : 5
Age : 28
Emploi : étudiant [UTM Toulouse]
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]   Sam 16 Fév - 16:11

Fiche de Personnage

Nom :
Nom de naissance : Christian du Bois [qu'il ignore].
Nom d'Ebendiss : Asul ibn Badiya al a'ta al badiya al wahid, autrement dit, Asul, fils du désert, don du désert, le solitaire. Les siens l'apellent courament Asul, ce nom étant très rare, mais lorsque la discussion ou l'appel est très solennel, comme pour n'importe qui, on l'apelle par son nom complet.

Sexe : Masculin.

Race : Humain.

Élément : Feu .

Âge : 21 ans.

Localisation : Abendale, où il aurait acheté des provisions en vue de son premier voyage.

Statut/Métier : Vagabond/Rôdeur.

Description Physique : Le cas d'Asul est particulier. Elevé parmi les Ebendis depuis qu'il est tout petit, il a adopté un certain nombre de leurs caractéristiques de par le mode de vie qu'il partage avec eux. S'il est, intellectuellement, un peu plus vif que les siens, il démontre aussi de très bonnes aptitudes physiques. Plus agile et rapide que les humains le sont couramment, ayant appris à se servir davantage de son ouïe que de sa vue, beaucoup de choses l'apparentent aux hommes du désert au premier abord, y compris sa sensibilité au " froid " et son inaptitude à nager.
Il s'est adapté à la vie et aux habitudes des siens. De fait, son corps s'est développé de façon particulière. Le manque d'eau assez courant et la façon de combattre ont rendu sa musculature noueuse et plus robuste, privilégiant l'endurance et la vivacité à la masse et à la puissance. Il n'est pas maigre, mais assez mince. Comme beaucoup de nomades, il se contente de peu d'eau et de nourriture sèche, et cela ne le grossit pas, bien sûr. Caché sous ses vêtements couleur sable et terre, faits d'une tunique froissée et d'une cape qui cache son visage aux étrangers, d'une ceinture de cuir où sont rangées ses armes et d'un pantalon de toile, ainsi que de bottes simples, on ne lui donnerait pourtant pas une stature aussi frêle que la sienne. Aussi, lorsqu'il ôte ces vêtements pour une quelconque raison, on se moque souvent... avant qu'il ne montre ses talents.
Il porte une armure légère sous ces vêtements, en bronze : brassards des doigts au milieu de l'avant-bras et jambières sur les tibias.

Sa peau était laiteuse à sa découverte. Le désert l'a assombri et l'a rendue sèche et granuleuse. Ses cheveux blonds se sont eux aussi assombris, et ses poils sont désormais châtains aux tons foncés, plus clairs que les poils noirs de la plupart des siens. Autre détail, son nez est plus fin et droit que ceux de la plupart des membres de sa tribu, et ses yeux sont d'un bleu azur particulier, inconnu dans les lignées de sa tribu, qui marquent son ascendance humaine. Son nom lui vient de ces yeux d'un bleu profond.
Son corps tout entier semble sec, rugueux, fragile. Il est en fait très robuste, sa chair est simplement astreinte à un régime draconien en matière d'eau.

Description Psychologique : Comme beaucoup d'Ebendis, Asul-Christian cultive l'esprit de justice et d'équité. Dans ce désert sec et impitoyable où il vit avec les siens, la justice et l'ordre sont indispensables à la survie du groupe, aussi a-t-il une vision qu'on pourrait qualifier d'extrémiste concernant la loi. La loi, dans sa tribu, est verbale uniquement. Mais, entrée dans les moeurs, elle est reconnue par tous car elle a fini par devenir le fait des désirs et des points de vue de tous les membres de la tribu.
Il n'aime pas vraiment les étrangers. D'après lui, les étrangers gaspillent l'eau, ils ne font attention à rien, prennent le désert pour une terre vierge sans le moindre équilibre et la souillent en vertu de cela. Attaché au désert, il punira sans semonce celui qui manque de respect aux terres de l'ouest et à ses habitants. Cela dit, si il trouve un étranger en difficulté ne manifestant pas de répulsion vis-à-vis de ce qui l'entoure, il le secourra et l'aidera du mieux qu'il le peut, comme il l'a déjà fait par le passé.
Concernant les rapports sociaux, il est assez loquace pour un homme ayant été éduqué dans la tradition ebendis. Il est facile de créer des contacts favorables avec lui. Il se montre toujours réservé et méfiant au départ, parfois timide ou peu avenant, mais sait estimer qui mérite ou non sa confiance, de l'aide, ou un service. Comme la majorité des Ebendis, il considère la femme comme l'égal de l'homme et a même déjà loué les talents de certaines camarades féminines lors de razzias.

Armes : Asul possède plusieurs armes. Inapte au tir à l'arc à cause de sa vision médiocre [il est, sans pouvoir le déterminer, atteint d'une myopie assez forte, qui le met pratiquement au niveau d'un Ebendis pour la vue], il a développé sa maîtrise des armes blanches dès la jeunesse. Il est considéré comme un des meilleurs combattants de sa tribu, et des chefs de tribu ont loué ses talents de guerrier.
Il possède deux dagues. Une dissimulée sous sa cape, l'autre, " de secours ", dans sa botte gauche. Afin de ne pas trop se charger, il ne s'encombre pas de trop de types d'armes différents, et a choisi deux lames courbes offrant de bons compromis, complémentaires.
Son épée, Thufir, possède un manche en bronze forgé, imitant les écailles d'un Serpa ou d'un dragon, et une lame du même métal, polie et scintillante, à double tranchant. La lame forme des vagues.
Son sabre, entre le sabre des terres centrales et le cimeterre des Ebendis, Idaho, est un chef d'œuvre. Le manche en bronze, imitant une corne d'abondance et dont la garde est en forme de patte féline, s'étend sur la quasi-totalité de la longueur de la lame courbe en fer en formant une multitude de fines courbures. Un oeil en argent se situe près de la garde, à la base de la lame, sur les dorures.

Inventaire : En tant qu'ancien chasseur du désert et rôdeur, il se charge peu. Son inventaire est minimaliste :
- une sacoche en peau de chameau, contenant tous les effets de taille réduite ;
- du parchemin et un fusain pour écrire des messages ;
- des provisions réduites de nourriture séchée ;
- une outre d'eau ;
- une carte ;
- une bourse pour y mettre ses pièces, dissimulée sous sa cape ;
- une fiole d'un vieux remède ancestral contre les maux de tête [parce que voyager dans le désert, c'est aussi, parfois, des insolations... Smile]
- son faucon, Farok, confié par le chef de la tribu en vu de son voyage pour contacter la tribu en cas de gros problème.

Histoire :

    I - Les racines perdues de Christian du Bois
    [soumis à autorisation, bien évidement.]

La famille du Bois était une famille de la noblesse mineure des terres de l'est. Marchands d'Athalla, leur lignée était presque éteinte. Le seul à avoir réussi à avoir un enfant, un fils, était Lucian du Bois, dirigeant de la garnison et des affaires d'un petit territoire en bordure des montagnes. Christian devait devenir l'héritier de tout l'empire de la famille du Bois. Cela annonça sûrement ce qui devait arriver. Un tel pouvoir menaçait le Gouverneur, les du Bois étant connu pour leur vivacité d'esprit et leurs talents de meneurs et de dirigeants, aussi c'est sans aucun doute sur ses ordres qu'un groupe de mercenaires massacre la caravane qui transportait la famille et la garde d'honneur vers la mer, via le désert, au sud, dans le désert profond.
Malgré la force des gardes de son père et de son père lui-même, la famille et son escorte sont supprimés. Le père tombe sous les coups de lances multiples. Les gardes sont submergés. La mère est faite prisonnière, et puisse le voyage éprouvant vers Abendale lui coûter la vie... L'enfant fut laissé au milieu des cadavres et des effets personnels dispersés.

Lorsque les Ebendis de la tribu du vénérable Sufyan arrivèrent, les traces des pillards avaient été effacées par le sable, et tout avait été rongé par le soleil et les grains brûlants. Le nourrisson, à peine âgé de huit mois, ne se lamentait même pas devant l'inéluctabilité de la mort. Lorsqu'on le récupéra, il ne subsistait plus qu'une faible flamme de vie en lui. Il fit preuve d'une force extraordinaire en luttant jusqu'au retour au campement de la tribu, où Sufyan le recueillit. Non pas comme un fils, mais comme un neveu. En effet, sa sœur, Juarta, qui avait perdu son seul amour sans avoir d'enfant et qui vivait sous la même tente que lui, ne voulait plus quitter l'enfant. Ignorant qui il était, on en fit un membre de la tribu. Il fut renommé Asul à cause de ses yeux. On le dit " fils du désert ", y ayant été retrouvé et la tribu ne connaissant pas son ascendance.

    II - De l'enfance à la Révélation

Asul s'intègre facilement. Elevé comme n'importe quel Ebendis, il a d'abord du mal à suivre ses camarades. Son corps est différent. Mais avec l'age, il s'adapte. Sa musculature et son ossature changent constamment pendant la croissance, suivant les nécessités de la vie d'Ebendis. Sa tribu, très tournée vers la formation des jeunes au combat et à la survie, découvre en lui un mélange d'ingéniosité et de capacité d'adaptation insoupçonné. On le surnomme al a'ta al badiya, le don du désert. Dès l'adolescence, il accompagne les hommes et les femmes qui, à pied, parcourent les territoires désertiques aux alentours du campement pour s'assurer de l'absence de menace ou de personne en difficulté. Il est d'abord chargé de trainer derrière les groupes une sorte de tapis pour effacer en partie les traces, puis il devient pisteur, puis éclaireur. A quinze ans, il démontre ses talents de combattant contre un jeune d'une autre tribu qui l'avait défié pour avoir défendu une fille qu'il avait trop allègrement tenté de séduire. Ce fut un combat à mort, bien sûr. Armé d'un simple couteau à éplucher, il coupera les tendons d'un genou de son adversaire et obtiendra qu'on épargne sa vie, l'issue du combat étant dès lors fixée. Si le perdant mettra lui-même fin à ses jours, son équité, sa grandeur d'âme et ses talents de guerrier impressionnèrent les autres. C'est lors d'un combat contre une bande de voleurs, quelques mois plus tard, qu'il obtiendra finalement ses galons de guerrier, en massacrant à coups de dagues trois bons guerriers. Il obtiendra, à ses dix-sept ans, successivement Thufir et Idaho, ses deux armes de prédilection.

Le reste de sa vie suit un cours plutôt banal. C'est à vingt ans que, lancé seul à la recherche d'un enfant de la tribu qui avait fugué dans le désert, qu'il sauve in extremis un jeune étranger du nom de John de l'Angle. Ce jeune noble, qui se déplaçait, à tort, seul et à dos de cheval dans le désert pour tester ses compétences, avait été attaqué par une petite bande de bandits qu'il avait presque entièrement éliminé. Une des dagues d'Asul vint finalement régler la question et sauver le noble aux cheveux blonds, qui le remercia. L'homme du désert invita le jeune chevalier à la peau rosée à passer une journée tranquille au campement, à l'abri du soleil. John accepta. Ce midi-là, ils parlèrent longuement. Le jeune homme révéla à Asul qu'il ressemblait presque trait pour trait à un ancien ami de son père, mort depuis presque une vingtaine d'années. Il demandera plus de détails, et le jeune guerrier sera profondément troublé par les similitudes entre lui et cet humain disparu dans la région où on l'avait trouvé il y a vingt ans. Ils se quittèrent à la fin de l'après-midi. Asul demanda à sa mère, Juarta, qui il était. On ne lui avait jamais caché qu'il n'était pas son fils biologique, même si cela ne ternit jamais le profond amour qu'il avait pour celle qui l'avait accueilli, adopté et élevé. Mais il voulait être fixé, savoir d'où il venait pour aller sereinement de l'avant. Elle lui donna un morceau d'étoffe qu'on avait récupéré sur les lieux, portant un blason. Les armes d'une noble famille humaine. C'est ce jour même que Asul décida de s'absenter afin d'enquêter sur ce mystère de son passé oublié.
Sufyan lui confia le meilleur messager de la tribu, Farok, un faucon aux plumes blanches et grises et aux yeux noirs, et lui donna quelques derniers conseils pour bien passer son voyage dans les terres centrales. Il lui donna aussi des vêtements plus chauds, et il se rendit à Abendale, où il se prépara à son long voyage vers Athalla, que tous les hommes interrogés lui désignèrent comme la destination la plus intéressante. On lui donna un nouveau nom : al wahid, le solitaire.

Commentaires : J'ai déjà une idée de progression générale pour mon personnage. Dois-je la soumettre à l'avis d'un administrateur ?
Ah oui ! J'ai été sur le premier Terrim. Ben dites donc... Beau boulot, ce Terrim 2. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moonz

avatar

Masculin Nombre de messages : 92
Age : 32
Emploi : Vagabond
Date d'inscription : 23/11/2007

MessageSujet: Re: Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]   Dim 17 Fév - 8:34

Bienvenue à toi ! Wink

Ton personnage est validé, tu peux commencer à jouer.

N'oublies pas de remplir ta description de personnage dans ton profil.

Bon Jeu! Razz


Code:
Commentaires : J'ai déjà une idée de progression générale pour mon personnage. Dois-je la soumettre à l'avis d'un administrateur ?

Pas de problème je te laisse à ton imagination! Si je vois que sa dévis j'interviendrais !! Twisted Evil Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asul

avatar

Masculin Nombre de messages : 5
Age : 28
Emploi : étudiant [UTM Toulouse]
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]   Dim 17 Fév - 10:07

Moonz a écrit:
Code:
Commentaires : J'ai déjà une idée de progression générale pour mon personnage. Dois-je la soumettre à l'avis d'un administrateur ?

Pas de problème je te laisse à ton imagination! Si je vois que sa dévis j'interviendrais !! Twisted Evil Razz

Haha ! Non, plus sérieusement...

Je pensais à faire qu'une fois le secret de son passé révélé, Asul pourrait rentrer chez lui et réunir plusieurs tribus d'Ebendis sous ses ordres afin de se venger. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moonz

avatar

Masculin Nombre de messages : 92
Age : 32
Emploi : Vagabond
Date d'inscription : 23/11/2007

MessageSujet: Re: Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]   Dim 17 Fév - 14:54

Hum! Et pourquoi les tribu te suivrait dans ta vengeance! Je veut dire qu'est ce qui s'y gagne eux! Je peut comprendre que ta tribu au seins de laquelle ta grandit veulent bien d'aider et se lie à toi pour ta vengeance! Mais la tribu voisine elle aurait quoi à gagner à se battre à tes coté et pour quel raison? Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asul

avatar

Masculin Nombre de messages : 5
Age : 28
Emploi : étudiant [UTM Toulouse]
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]   Dim 17 Fév - 16:55

Héhé. Je savais que ça soulèverait un débat. Quand je proposais d'en parler, tu sais... Laughing

Je ne dis pas que cela se ferait en un jour. Le processus pourrait même être extrêmement long. Le fait est que si l'oncle, Sufyan, peut accepter de céder son rang à Asul ou de le remettre en jeu lors d'un duel, le ralliement d'autres tribus est forcément bien plus compliqué. Voici quelques mécanismes :
- Des raids sur les étrangers ; proches du désert, un Ebendis ne voit pas toujours d'un bon oeil les étrangers gaspilleurs et les groupes de marchands du centre un peu trop avenant ; le succès de plusieurs razzias d'envergure peut attirer le regard sur la tribu et son meneur.
- Des duels entre chefs ; afin de prendre le pouvoir, Asul pourrait en venir à combattre différents chefs de tribus en combats singuliers pour régler les affaires de pouvoir ; on ne discute pas une coutume, je crois.
- Le ralliement de chefs de tribu autour d'un personnage respecté ; les victoires amenant le prestige sur la tribu, et en particulier sur son chef, si les autres tribus voient des avantages à se rallier à la cause d'Asul pour en tirer profit à leur compte, elles peuvent très bien proposer leur alliance ; les fruits des razzias qui se multiplieraient et des raids de plus en plus osés sur les intérêts étrangers seraient source de richesses.

Bien sûr, tout cela peut être soumis à l'appréciation d'un maître du jeu et ne jamais aboutir en RP. Le tout est de rester réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moonz

avatar

Masculin Nombre de messages : 92
Age : 32
Emploi : Vagabond
Date d'inscription : 23/11/2007

MessageSujet: Re: Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]   Lun 18 Fév - 6:21

Hum! Very Happy

Comme tu la dit sa risque de prendre pas mal de temps, et je t'avoue que j'ai du mal à rentrer dans l'histoire de ton personnage.

Donc je pense que le mieux est que tu joue ton RP comme tu l'entend (dans les règle bien sur Twisted Evil ) et dès le momment de réunir les tribus on en reparle en MP ensemble comme sa j'aurais je pense mieux intégrer ton personnage et on se trouve une solutions qui marche bien. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Asul, Al a'ta al badiya [Rôdeur]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le rôdeur mystérieux
» Rôdeur nain - vomi de troll
» Le rôdeur nain
» "Jugement de Verena" et "Rôdeur nain"
» Costume rôdeur Pharo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres Immuables II :: Personnages :: Présentations des Personnages-
Sauter vers: